LES RETINOPATHIES

Le terme de rétinopathie s’applique à tout dommage infligé aux vaisseaux sanguins de la rétine. L’exploration du fond d’œil permet à un médecin d’examiner un échantillon des vaisseaux sanguins de l’organisme et de détecter les signes précoces de complication d’un diabète ou d’une pression artérielle élevée ainsi que d’autres affections de la vision. Cette maladie des yeux se décline sous deux formes : la rétinopathie diabétique et la rétinopathie pigmentaire.

La rétinopathie
diabétique

Conséquence du diabète, cette forme de rétinopathie est la cause de cécité la plus fréquente chez l’adulte de moins de 50 ans. Elle se manifeste par des lésions des capillaires rétiniens qui provoquent des hémorragies et des œdèmes rétiniens. On distingue plusieurs évolutions de rétinopathie diabétique :

LA RÉTINOPATHIE DÉBUTANTE
La rétinopathie débutante ne provoque pas de signes fonctionnels mais une surveillance ophtalmologique régulière est vivement recommandée;

LA RÉTINOPATHIE PLUS AVANCÉE
La rétinopathie plus avancée peut provoquer une chute de l’acuité visuelle avec une atteinte de la vision centrale par œdème maculaire. A ce stade, les personnes expriment surtout leurs difficultés en vision de près avec une sensation de flou permanent. En vision intermédiaire, certaines activités nécessitant une vision précise – coudre, se raser, cuisiner… – deviennent difficiles;

LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE EN STADE ÉVOLUÉ
La rétinopathie diabétique en stade évolué provoque une baisse importante de l’acuité visuelle, une sensibilité à la lumière accrue et une amputation du champ visuel par scotomes épars dus aux hémorragies rétiniennes. Le handicap est alors important pour les patients.

La rétinopathie
pigmentaire

La rétinopathie pigmentaire débute le plus fréquemment entre 18 et 30 ans, avec un pic d’aggravation entre 40 et 50 ans. La rétinopathie pigmentaire est une maladie génétique qui se traduit par le trouble dysfonctionnel de l’épithélium pigmentaire et la dégénérescence des photorécepteurs.

La vision est troublée par le dépôt de pigments au fond des yeux et peut dégénérer jusqu’à l’état de cécité. Le champ de vision se réduit progressivement jusqu’à devenir « tubulaire ». Le malade conserve son acuité visuelle centrale mais perd sa vision périphérique. Aucun traitement n’est connu à ce jour bien que des pistes de recherches encourageantes émergent actuellement.

Fermer

Contacter
Essilor

Complétez le formulaire

Complétez le formulaire

*
*
*
*
*
*
*

Pour une meilleure navigation,
nous recommandons la consultation du site
en version portrait