En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centre d'intérets. Si vous souhaitez plus d'informations, consultez la page Cookies policy de ce site

Visuel-cover-magazine-2

#02 ESSILOR INSIGHTS

Bien vivre sa presbytie,
quel que soit son mode de vie

Nos yeux et notre vision évoluent avec le temps, notamment à mesure que nous vieillissons. C’est à partir de quarante ans que la plupart des individus commencent à ressentir les premiers changements au niveau de leur vue. Ils peuvent alors éprouver certaines difficultés lors d’activités nécessitant une vision de près : lecture, ordinateur, téléphone portable… Ce phénomène naturel appelé presbytie influe sur la capacité des yeux à accommoder. Découvrez les différentes solutions qui s’offrent à vous pour retrouver une bonne vision malgré le vieillissement de vos yeux.

La presbytie, une évolution
naturelle de notre vision

Personne ne naît presbyte, mais on le devient tous un jour ou l’autre. Avec l’âge, le cristallin perd une partie de son élasticité et de sa capacité d’accommodation. Ce trouble de la vision concerne aussi bien les femmes que les hommes au début de la quarantaine, et tend à se stabiliser vers 60 ans.

Les symptômes de la presbytie

Vous constaterez aisément cette évolution avec la baisse progressive de votre capacité à voir les objets de près. Parmi les symptômes typiques, il y a notamment :

  • le fameux syndrome des « bras trop courts » : vous allongez le plus possible les bras pour lire un livre, un journal ou votre smartphone !

  • la lecture des caractères imprimés devient plus difficile à lire, surtout avec un éclairage faible.

  • la fatigue visuelle : vous ressentez une gêne visuelle pour faire la mise au point sur des objets proches.

La presbytie influe sur la capacité des individus à effectuer certaines activités ayant recours à la vision de près, notamment la lecture, l’écriture, la cuisine, le bricolage ou encore des travaux de précision.

L’évolution de la vision au cours de la vie

1,2 Mo (jpg)

Tout le monde est atteint un jour ou l’autre de presbytie, quels que soient son âge ou son origine. Ce trouble de la vision, le plus répandu dans le monde, a un impact significatif sur la qualité de vie des individus, à la fois dans
les pays développés et émergents.

Un besoin croissant

  • En 2015, on estime à 2,1 milliards le nombre de personnes
    atteintes de presbytie.
  • En 2030, ce chiffre
    devrait s’élever à
    3 milliards*

Corriger la presbytie

  • En Europe 92% des presbytes corrigent leur presbytie.*
    Les taux de correction sont plus bas en Amériques, où 13% des presbytes ne corrigent pas leur vision.
  • En Asie, près d’une personne sur deux âgée de 45 ans et plus, ne dispose pas d’une correction adaptée à ses besoins.

Certains facteurs environnementaux tels qu’un climat trop chaud, des niveaux élevés d’exposition aux UV ou des carences chroniques en acides aminés essentiels peuvent jouer un rôle dans le déclenchement d’une presbytie précoce. Dans les pays émergents, la vision peut commencer à décliner dès le milieu de la trentaine, alors que ce phénomène se manifeste généralement au milieu de
la quarantaine dans les pays développés.**

Différences solutions
pour corriger la presbytie

Il existe toute une gamme de solutions pour améliorer la vision des presbytes, certaines pouvant également corriger d’autres troubles de la vision.

Le saviez-vous ?

Les verres à double foyer ont été inventés dans les années 1780 par Benjamin Franklin.
Les verres progressifs Varilux ont été inventés en 1959 par Bernard Maitenaz, ingénieur chez Essilor, qui était convaincu qu’un seul verre à courbure variable pouvait offrir une vision nette à toutes les distances et constituait une bien meilleure solution.

Pour celles et ceux qui corrigent déjà leur vision, qu’il s’agisse de myopie, hypermétropie et/ou astigmatisme, les verres progressifs constituent une solution simple et efficace pour corriger leur presbytie sans devoir changer constamment de lunettes. Le principe est très simple, puisqu'il repose sur une correction progressive de plus en plus forte allant de haut en bas. Le haut du verre permet alors de voir de loin alors que le bas permet de voir les objets rapprochés.

Même si les différences sont imperceptibles, rien ne ressemble moins à une paire de verres progressifs qu’une autre paire de verres progressifs ! Il existe, pourtant, une large gamme de solutions destinées à satisfaire les besoins de chacun en termes de type de correction, de style de vie, d’esthétique ou de budget. Outre la prescription de l’ophtalmologiste, les verres peuvent être conçus en fonction de certaines caractéristiques et adaptés aux demandes individuelles.

Verres progressifs
personnalisés

Les verres progressifs haut de gamme sont conçus individuellement en fonction des caractéristiques uniques du porteur : forme de la monture, inclinaison et autres comportements visuels tels que la distance de lecture.

Certains verres progressifs peuvent également être conçus pour des porteurs ayant des caractéristiques similaires : droitier / gaucher, homme / femme, ou certaines particularités ethniques.

L’innovation pour une meilleure
correction et protection
de la santé visuelle

A chaque époque son style de vie et ses aspirations. Extrêmement actifs et connectés, les presbytes d’aujourd’hui et de demain, issus de la Génération X (consommateurs nés entre 1965 et 1980), ne veulent surtout pas être ralentis dans leurs activités par des problèmes de vue. L’innovation technologique joue donc un rôle fondamental dans la correction, la protection et l’amélioration de leur vision.

C’est en étant à l’écoute des consommateurs que l’innovation d’Essilor peut réellement répondre aux besoins de correction d’aujourd’hui et de demain. Cette quête d’innovation, qui place les consommateurs au cœur de la démarche, nous amène à trouver de nouvelles approches pour stimuler la créativité et mieux
identifier leurs besoins.

A l’écoute des
consommateurs

  • à l’écoute du web

  • Communautés en ligne

  • Retours consommateurs

Nous nous intéressons aux échanges et aux conversations sur les réseaux sociaux pour comprendre les préoccupations et les inquiétudes des porteurs de lunettes.

Nous avons créé deux communautés Sharing Views en Chine et aux États-Unis afin d’engager la conversation avec plus de 4000 consommateurs et puiser des idées, tester des concepts et générer ensemble de nouvelles idées.

Nous demandons aux consommateurs de nous faire part, à l’aide de courtes vidéos, de leurs expériences et de leurs idées d’amélioration.

Dans le cadre d’un programme de tests porté pour la dernière génération de verres progressifs, Essilor a mis en place un HouseLabTM. L’objectif : plonger les porteurs de lunettes dans un environnement naturel mais contrôlé afin d’observer et de commenter leur ressenti au cours d’activités nécessitant une vision de près.

Cette démarche d’innovation à 360° est à l’origine de la mise au point des verres Varilux® X seriesTM, une gamme de verres progressifs conçus pour répondre aux besoins visuels de la Génération X. En redéfinissant la zone de vision de près, ces verres permettent aux porteurs de lunettes de voir sans efforts tous les détails situés dans la zone de vision à portée de bras et renforcent la qualité de vision à toutes les distances. Le consommateur évite ainsi une frustration bien connue, générée par nombre de verres progressifs qui obligent à ajuster la position de la tête pour trouver la bonne zone de vision.

Ayant combiné sa compréhension pointue des phénomènes optiques et de la physiologie humaine avec les dernières avancées en matière de design des verres, Fort de sa compréhension pointue du monde de l’optique, de sa connaissance en physiologie humaine et des dernières avancées en matière de correction visuelle, Essilor est aujourd’hui en mesure de développer des verres progressifs adaptés aux besoins et au style de vie de tous les presbytes.
Découvrez quelques marques proposées par le Groupe Essilor.

Sources

* données Essilor

** Jain, I.S., J. Ram et A. Gupta. 1982. “Early Onset of Presbyopia”. American Journal of Optometry and Physiological Optics 59(12) : 1002-4.

Fermer

Contacter
Essilor

Complétez le formulaire

Complétez le formulaire

*
*
*
*
*
*
*

Pour une meilleure navigation,
nous recommandons la consultation du site
en version portrait